Oradour-sur-Glane

L’anéantissement total du village d’Oradour-sur-Glane et de sa population, la détermination impitoyable des bourreaux élèvent dès 1944 Oradour au rang « d’archétype des massacres de populations civiles ». 

Le 28 novembre 1944, le Gouvernement provisoire prend la décision de classer et de conserver les ruines, ce qui attire la reconnaissance nationale sur Oradour.

 

Ces mesures érigent le village martyr en symbole d’une France blessée par l’occupation allemande. Lors de sa visite en mars 1945, Le Général De Gaulle rappelle « qu’un lieu comme celui-là reste une chose commune à tous, une chose où tout le monde reconnaît le malheur commun, la volonté commune et l’espérance commune ».

Chacun d'entre nous devrait traverser ce lieu, au moins une fois dans sa vie...

Apprendre du passé pour agir sur le futur.

Oradour-sur-Glane